Chronique : Mille morts d'Olivier Bal

Editions : CreateSpace (autoédité)
Format : Ebook
Prix : 14,99€ (Partenariat)
Parution française : 9 octobre 2016

Fuir est impossible. Se cacher est illusoire. Il n’y a pas d’autre issue que la souffrance. Entre 2005 et 2016, Paul Klein va traquer sans relâche Frank Lombardo à travers les États-Unis. Paul a mis en place un jeu terrible qui ne laisse aucun répit à Frank. À chaque fois, il lui permet de s’installer dans une région, reconstruire sa vie. Puis, avec un machiavélisme toujours plus dément, il le piège et le brise. Pendant onze ans, Paul va faire connaître à Frank mille morts. Pourquoi un tel acharnement ? Qui est le chasseur et qui est la proie ? Dans ce jeu diabolique, y a-t-il un monstre, y a-t-il un innocent ? Découvrez Mille Morts, une chasse à l'homme impitoyable, un thriller implacable.

Je remercie chaleureusement Olivier Bal pour ce roman.

L’histoire est simple mais loin d’être banale. Paul Klein et Franck lombardo sont tous les deux au cœur d’un drame ayant eu lieu au cours de l’année 2005. Les deux hommes souffrent mais de façon bien différente. Au cœur du récit, une vengeance, mais pourquoi ? 

Paul n’a qu’une façon de faire face à la souffrance qui le ronge, créer un jeu machiavélique dont le personnage principal n’est autre que l’homme à l’origine de sa souffrance. Ce jeu, dont l’issue est potentiellement mortelle pour l’un des deux hommes va se jouer pendant onze années, de 2005 à 2016. Paul Klein va traquer Franck lombardo, ne lui laissant aucun répit et prenant un malin plaisir à le briser encore et encore, allant toujours plus loin dans sa démence. 
Un acharnement qui remet largement en question la place du monstre et celle de l’innocent, car Paul est bien capable d’aller jusqu’à faire subir mille morts à Franck avant d’en avoir terminé avec lui. 
Que s’est-il passé pour qu’ils en arrivent à de telles extrémités ? La vengeance est-elle la seule au départ de cette terrible histoire ? 

La narration est à la première personne et alterne d’un chapitre à l’autre entre le point de vue de Paul ou celui de Franck. 
En plus de cette variation de point de vue, les chapitres varient également dans le temps, car ils ne sont pas dans l’ordre chronologique. Les chapitres sont ainsi malmenés à l’instar de nos deux protagonistes, une situation qui peut être perturbante parfois, mais qui n’enlève rien à la qualité du récit. 

L’intrigue est centrée sur le jeu malsain dont Paul Klein est à l’origine. Bien que l’on ne sache pas immédiatement la raison de cette traque infernale, il n’est pas difficile de se plonger pleinement dans l’action poussé par la curiosité. L’intrigue est prenante et haletante. 
L’envie de découvrir l’origine de toute cette haine nous accompagne et ne nous lâche plus du début à la fin du roman. 

Le rythme soutenu donne une impression d’urgence qui ne nous quitte pas jusqu’au dénouement de l’histoire, faisant de ce roman un véritable page turner. Surtout que l’histoire ne souffre d’aucune longueur qui pourrait ralentir considérablement le récit. 

L’ambiance est sombre, tendue. Elle donne l’impression que l’histoire se déroule dans un espace confiné alors que c’est tout le contraire. A la limite d’être étouffante, elle nous plonge dans des sensations de stress où le sentiment d’urgence est omniprésent du début à la fin. 

La plume de l’auteur est simple, fluide et soigné. Olivier Bal propose un récit de qualité grâce à une histoire originale qui se place loin des clichés du genre. 

Ses personnages, complexes, au portrait soigné et à la psychologie décortiquée sont étrangement attachants alors qu’ils sont à la fois monstres et innocents. 
L’intrigue a beau être captivante, ce sont bien les personnages le véritable atout de ce récit. 
Notre avis sur les personnages est un bon nombre de fois chamboulé car les limites entre innocents et monstres sont plus d’une fois flouées. 

Un thriller où la psychologie humaine est au cœur du récit, pour notre plus grand plaisir. 
Sans oublier, cette fin surprenante et inattendue qui font de ce livre une excellente lecture proche du coup de cœur. Je vous le recommande sans hésiter. 

Ma note 
9/10

Commentaires

  1. Olala, je ne connaissais pas du tout mais ça me tente beaucoup ! Merci pour la découverte ! =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'en prie, ce livre est une bombe, il mérite d'être lu :)

      Supprimer
  2. Un livre qui me tente depuis un moment. Et ta chronique me donne encore plus envie de me le procurer !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blogger Recognition Award

Chronique : Breathing - Tome 3 : Ma raison de respirer de Rebecca Donovan

Concours : Un fauteuil, un livre, un thé fête ses 2 ans !

Chronique : Je sais pas de Barbara Abel