Chronique : L'instant présent de Guillaume Musso

Editions : Pocket
Format : Poche
Prix : 8,00€
Parution française : 24 mars 2016

Lisa et Arthur n'ont rendez-vous qu'une fois par an. 
Il passe sa vie à la chercher...
... elle passe la sienne à l'attendre.
Lisa rêve de devenir comédienne. Pour payer ses études d'art dramatique, elle travaille dans un bar de Manhattan. Un soir, elle fait la connaissance d'Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. Leur complicité est immédiate. Pour le séduire, Lisa est prête à tout. Dans une ville-labyrinthe qui n'offre aucun répit, elle prend tous les risques. Mais Arthur n'est pas un homme comme les autres. Bientôt, il révèle à Lisa la terrible vérité qui lui interdit de l'aimer :
" Ce qui m'arrive est inimaginable, et pourtant bien réel... "
Dans un New York plus imprévisible que jamais, Arthur et Lisa vont lier leur destin pour déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.

C’est le premier livre que j’ai lu lors du dernier Week-end à 1000 (du 26 au 28 août 2016) et je n’aurai pu rêver mieux pour le commencer.
Vous le savez certainement maintenant et si ce n’est pas le cas, vous allez le savoir, Guillaume Musso est l’un de mes auteurs préférés et je lis ses livres sans savoir à l’avance dans quoi je vais être embarquée. La lecture y est toujours excellente et quel que soit mon avis, au final, je ne suis pas déçue et ce livre-là ne fait pas exception.

L’histoire de ce roman est celle d’Arthur Costello, un jeune médecin d’un peu plus de vingt ans. Il n’est pas le plus aimé de sa famille mais hérite tout de même et ceci bien malgré lui, d’une vieille bâtisse à l’histoire assez étrange. Le phare des 24-Vents dont il devient propriétaire, appartient à sa famille depuis de nombreuses années. Son père, pourtant à la tête d’une grande entreprise, le lui laisse comme seul héritage. Dans ce phare, une pièce est condamnée, la porte y a été murée par son père et la seule consigne que doit respecter Arthur est de ne surtout pas ouvrir la porte qui se cache derrière. Mais évidemment, il désobéit et se retrouve prisonnier d’une bien étrange malédiction.

L’intrigue débute donc en 1990, lorsqu’Arthur hérite du phare et se poursuit jusqu’en 2015. La malédiction qui frappe Arthur est au cœur de ce roman et l'embarque dans une sorte de spirale temporelle infernale. Quoi de plus palpitant que de découvrir ce qui se cache derrière toute cette histoire au fil des pages.
En tout cas, j’ai été embarquée dedans, du début à la fin, le rythme est si rapide et prenant dans cette ambiance étrange où coexistent à la fois curiosité, peur et sentiment d’urgence, qu'on ne voit pas passer le temps. Une seule chose compte, savoir ce qu’il se passera à la fin.

L’univers n’est pas pour rien dans cette immersion, bien qu’il soit assez moderne puisque l’histoire se déroule lors des dernières décennies, l’impression que l’on effectue un réel voyage dans le temps est très présente. D'ailleurs, la narration à la première personne aide aussi très bien à s’immerger totalement dans l’histoire.

Les personnages sont quant à eux terriblement attachants et impressionnants de réalisme. J’ai eu l’impression de vivre cette histoire, de la première à la dernière page,. Il faut avouer qu’Arthur, le personnage principal, la tendre Lisa et ce cher Sullivan sont des compagnons de lecture intéressants. J’ai vraiment adoré parcourir ces lignes avec eux.

Concernant le style de l’auteur, je ne suis pas objective, j’aime la plume de Guillaume Musso et sa façon de nous embarquer dans ces histoires même quand elles semblent totalement loufoques. Et même, comme dans ce cas, quand la fin du roman est totalement inattendue et tellement surprenante qu’elle m’a de prime abord déçu. Je m’attendais à quelque chose de tellement différent que ce que j’ai lu, surtout après toute cette tension accumulée au fil des pages. Mais, finalement, je m’en suis remise et elle n’est pas si mal.

Pour conclure, j’ai adoré ce roman. Ce n’est, certes, pas un coup de cœur mais j’ai été prise dans ce tourbillon d’aventure du début à la fin et je l’ai dévoré.
Que dire de plus, à part qu’il faut le lire ?

Ma note 
9/10

Commentaires

  1. Bon, tu me motives à me relancer dans les Musso qui m'attendent dans ma PAL :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie que ma chronique ait cet effet. :)

      Supprimer
  2. Coucou,
    Tout comme toi, j'ai apprécié ce roman, j'adore la plume de Musso et j'ai trouvé ce livre très prenant^^

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blogger Recognition Award

Chronique : Breathing - Tome 3 : Ma raison de respirer de Rebecca Donovan

Concours : Un fauteuil, un livre, un thé fête ses 2 ans !