Chronique : Une autre idée du bonheur de Marc Lévy

Editions : Pocket
Format : Poche
Prix : 7,30€
Parution française : 23 avril 2015

Il y a des rêves et des amours qui ne s'éteignent jamais.
Philadelphie, printemps 2010: Agatha s'évade de prison. Elle était pourtant tout près du terme de sa peine. Alors pourquoi ?
Dans une station-service proche du campus, elle s'invite à bord de la voiture de Milly.
C'est le début d'une cavale de cinq jours à travers l'Amérique avec le FBI à leurs trousses.
Une course contre la montre pour découvrir un secret qui va changer leurs vies.

L'histoire est à la troisième personne, ce qui permet de suivre plusieurs personnages. Ce n'est pas mon point de vue préféré mais ici, cela enrichie l'histoire puisque chaque personnage apporte quelque chose à l'intrigue.

Dés les premières pages on entre dans l'histoire sans retenu, grâce à un prologue intriguant.

Ce roman est un voyage à travers les Etats-Unis, d'Est en Ouest. On y découvre des paysages impressionnants, pour moi qui n'ai jamais mis les pieds dans ce pays, j'ai eu l'impression d'y être et de voyager avec Agatha et Milly.

Les personnages sont attachants, intéressants et intelligent. J'ai pris plaisir à les suivre dans leur aventure. On y suit Milly, une jeune femme de 30 ans, à la vie bien réglée, qui attend l'aventure avec impatience. Sa vie change quand elle rencontre Agatha et son aventure commence. Milly est attachante et émouvante. Elle nous raconte son histoire, sa vie, j'ai pu m'identifier facilement à elle.
J'ai pris énormément de plaisir à la suivre. Son caractère et sa personnalité font d'elle un personnage adorable. On apprécie sa façon de parler de Jo, son meilleur ami ou de Franck, son copain, où elle nous conte l'amitié, la vrai et l'amour sans illusion, ni passion. C'est un personnage qui en apprend tout au long du roman et ceci nous rapproche d'elle puisque à travers elle, on apprend aussi.
Agatha, fait également parti du voyage, la cinquantaine, devenue fugitive au début du roman, après s'être évadée du centre pénitencier où elle était retenue. Elle part en cavale avec Milly; vers un voyage de liberté et de vérité.
Au cours du roman, elle nous raconte son vécu, l'histoire de sa jeunesse à une époque difficle pour ceux qui exprimaient leurs idées et c'est avec enthousiasme que l'on voyage avec elle à travers son époque et les Etats-Unis, grâce à ce road-trip initiatique.
Sa personnalité, son sens du devoir, de la famille, font d'elle un personnage complexe à la fois attachant et émouvant. Ses histoires sont touchantes et on découvre un femme qui connaît le sens du mot sacrifice.
Tom, autre personnage important, que l'on suit à travers certains passages, est quant à lui mystérieux, on apprend très peu de chose à son sujet et pourtant il a son importance et c'est la fin du roman qui nous révélera qui il est vraiment.
A travers leur voyage, Milly et Agatha vont rencontrer des personnages présents seulement pour quelques pages mais qui vont permettre d'enrichir l'histoire. Ces rencontres sont intéressantes et même émouvantes.A la fois semblables et différents, ils apportent des réponses nous permettant de comprendre la suite de notre lecture.

Ce roman est une histoire passionnante, pleine de rebondissements, de mensonges et de révélations. Les personnages rendent ce récit presque réel. Des secrets finissent par être révélé, enfin certains seulement.
Ce roman est un voyage initiatique sur la vie, l'existence, les opinions, les combats, l'amour et l'amitié.
L'histoire est très bien ficelée, la plume de Marc Lévy est fluide, très agréable à lire. On se plonge dans l'histoire sans retenu pour voyager et partir à l'aventure.

Même si ce n'est pas un coup de coeur, j'ai beaucoup adoré ma lecture. J'aurai aimé que l'épilogue soit plus long car même si tout semble bien finir il laisse trop place à l'imagination.

Ma note
8/10

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blogger Recognition Award

Concours : Un fauteuil, un livre, un thé fête ses 2 ans !

Chronique : Breathing - Tome 3 : Ma raison de respirer de Rebecca Donovan

Chronique : Je sais pas de Barbara Abel